Réplique à ceux qui interdisent le tawassoul

Le tawassoul, c'est de faire une invocation en mentionnant un être vertueux ou un acte de bien en espérant être exaucé par cette cause. Ceci est quelque chose de permis dans la religion et nous prenons pour preuve le hadith du Messager de Allasalla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

At-Tabaraniyy a rapporté dans ses deux Mou^jam As-Saghir et Al-Kabir d'après le compagnon ^Outhman Ibnou Hounayf qu'un homme voulait voir ^Outhman Ibnou ^Affan. Mais ^Outhman ne l'avait pas encore reçu et ne lui avait pas encore réglé son affaire. Il a alors vu ^Outhman Ibnou Hounayf et s'est plaint à lui de cela. Alors, celui-ci lui a dit : "Va à l'endroit où on fait le woudou', fais le woudou', accomplis deux rak^ah puis dis ces paroles :  

"Ô Allah, je Te demande et je m'adresse à Toi par notre Prophète Mouhammad le Prophète de la miséricorde. Ô Mouhammad je m'adresse par toi à mon Seigneur pour mon affaire pour qu'elle me soit réglée". Puis va le voir, j'irai avec toi.

L'homme est alors parti faire ce qu'il lui a dit. Puis, il est allé à la porte de ^Outhman. Le portier est alors venu, l'a pris par la main et l'a fait entrer près de ^Outhman Ibnou ^Affan qui l'a fait asseoir sur son tapis de prière et il lui a dit : « Quelle est ton affaire ? » Il lui a alors rappelé son affaire et ^Outhman Ibnou ^Affan lui a alors réglée cette affaire en lui disant: « Je ne me suis effectivement rappelé de ton affaire que maintenant ».

Puis cet homme est sorti de chez lui et a rencontré ^Outhman Ibnou Hounayf. Il lui a dit : « Que Allah te récompense en bien. Il ne m'a réglé mon affaire et ne m'a reçu qu'après que tu lui ais parlé de moi ». Alors, ^Outhman Ibnou Hounayf lui a dit : "Par Allah, je ne lui en ai rien dit, mais j'ai été témoin d'une chose qui s'est passée au temps du Messager de Allasalla l-Lahou ^alayhi wa sallam. Il était venu à lui un aveugle qui s'est plaint à lui de sa cécité. Le Messager salla l-Lahou ^alayhi wa sallam lui a dit :

إِنْ شِئْتَ صَبَرْتَ وَإِنْ شِئْتَ دَعَوْتُ لَكَ  

('in chi'ta sabarta wa 'in chi'ta da^awtou laka)

ce qui signifie : « Si tu veux, tu patientes et si tu veux, j'invoque Allah pour toi ». Il lui répondit : Ô Messager de Allah, la perte de la vue m'est très difficile et je n'ai personne pour me diriger. Alors, le Messager salla l-Lahou ^alayhi wa sallam lui a dit :

إِئتِ الْمِيضَأَةَ (أَيْ مَكَانُ الْوُضُوءِ) فَتَوَضَّأْ وَصَلِّ رَكْعَتَيْنِ 

ثُمَّ قُلْ هَؤُلاَءِ الْكَلِمَاتِ

الَّلهُمَّ إِنِّي أَسْأَلُكَ وَأَتَوَجَّهُ إِلَيْكَ بِنَبِيِّنَا مُحَمَّدٍ نَبِيِّ الرَّحْمَةِ

يَــا مُحَمَّد إِنِّي أَتَوَجَّهُ بِكَ إِلَى رَبِّي في حَاجَتِي (وَتُسَمِّي حَاجَتَكَ) لِتُقْضَى لِي

('i'ti l-mida'ata fatawadda' wa salli rak^atayni thoumma qoul ha'oula'i l-kalimat : 'Allahoumma 'inni 'as'alouka wa 'atawajjahou 'ilayka binabiyyina Mouhammad, nabiyyi r-rahmah. Ya Mouhammad, 'inni 'atawajjahou bika 'ila Rabbi fi hajati litouqda li

ce qui signifie : « Va à l'endroit où on fait le woudou', fais le woudou', accomplis deux rak^ah puis dis ces paroles : "Ô Allah, je Te demande et je m'adresse à Toi par notre Prophète Mouhammad le Prophète de la miséricorde. Ô Mouhammad je m'adresse par toi à mon Seigneur pour mon affaire pour qu'elle me soit réglée". 

L'homme fit ce que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam lui avait dit de faire. Par Allah, on ne s’était pas séparés et notre assemblée n'avait pas duré longtemps que l'homme était revenu en ayant retrouvé la vue, comme s'il n'avait jamais été atteint de cécité ».

At-Tabaraniyy a dit dans son Mou^jam : « Le hadith est sahih ».

Ce hadith comporte la preuve que l'aveugle a fait le tawassoul par le Prophète en son absence. La preuve en est la parole de ^Outhman Ibnou Hounayf : « que l'homme était revenu ». Ce hadith comporte la preuve que l'invocation par le tawassoul par le Prophète est permise pendant sa vie et après sa mort.

Al-Boukhariyy a également rapporté que ^Oumar Ibnou l-Khattab a fait le tawassoul par Al-^Abbas, l'oncle paternel du Prophète, en disant :

  اللهم إنا نتوسل إليك بعم نبيك فاسقنا 

(Allahoumma 'inna natawassalou 'ilayka bi^ammi nabiyyika fa sqina)

ce qui signifie : « Ô Allah nous faisons le tawassoul à Toi par l'oncle de Ton Prophète. Donne-nous la pluie ».

Il a aussi été rapporté dans les sahih de Mouslim et de Al-Boukhariyy que :

ثلاثة نفر سألوا الله بصالح أعمالهم

(thalathatou nafarin sa'alou l-Laha bisalihi 'a^malihim)

ce qui signifie : « Trois personnes ont demandé à Allah par leurs bons actes ». Il s'agit de trois personnes qui étaient restées dans une grotte parce qu'un rocher en avait bloqué la sortie. Ils ont alors chacun invoqué Allah par des actes de bien qu'ils avaient fait, et chaque fois, le rocher s'écartait un peu, jusqu'à ce qu'ils aient pu sortir sain et sauf. C'est par la cause du tawassoul que Allah les a délivrés.

Ces personnes ont donc invoqué Allah par des actes de bien qu'ils avaient fait. On peut donc à plus forte raison invoquer Allah par la meilleure des créatures, c'est-à-dire par le Prophète Mouhammad salla l-Lahou ^alayhi wa sallam.

Et il a été confirmé que ^Abdou l-Lah, le fils de ^Oumar Ibnou l-Khatta [- celui en faveur duquel le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam avait confirmé qu'il était vertueux -] a dit :

يا محمد

      (ya Mouhammad)

ce qui signifie : « Ô Mouhammad » lorsque sa jambe s'était presque paralysée. Ceci est rapporté par Al-Boukhariyy dans son livre Al-'Adabou l-Moufrad.

Il est également rapporté de Dawoud Ibnou Abi Salih qu'il a dit : "Marwan –c'est-à-dire Marwan Ibnou l-Hakam– est arrivé un jour et a trouvé un homme posant son visage sur la tombe du Prophète. Il lui a alors dit : "Sais-tu ce que tu es en train de faire ?!". Quand il est arrivé auprès de lui, il a vu qu'il s'agissait de Abou 'Ayyoub. Abou 'Ayyoub lui répondit : "Oui, je suis venu pour le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam et je ne suis pas venu pour la pierre. J'ai entendu le Messager de Allah dire :

لاَ تَبْكُوا عَلَى الدِّينِ إِذَا وَلِيَهُ أَهْلُهُ وَلَكِنْ ابْكُوا عَلَيْهِ إِذَا وَلِيَهُ غَيْرُ أَهْلِهِ

(la tabkou ^ala d-dini 'idha waliyahou 'ahlouh wa lakin ibkou ^alayhi 'idha waliyahou ghayrou 'ahlih)

ce qui signifie : "Ne vous tourmentez pas pour la religion si ceux qui s'en chargent en ont la capacité. Mais tourmentez-vous pour elle si ce sont ceux qui n'en ont pas la capacité qui s'en chargent" [rapporté par Ahmad et At-Tabaraniyy dans Al-Kabir et Al-'Awsat].

Est donc invalide la parole de Ibnou Taymiyah qui a dit : (Il n'est permis de faire le tawassoul que par celui qui est vivant et présent). Toute condition qui n'a pas de fondement et qui est en contradiction avec le Qour'an ou le hadith est sans valeur, même s'il s'agit d’une centaine de conditions.

Le tawassoul est permis selon l'Unanimité des savants de Ahlou s-Sounnah wa l-Jama^ah. Il a été pratiqué au temps du Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam, et c'est un acte qui est encore pratiqué par les musulmans jusqu'à nos jours.

Et cette pratique du tawassoul est conforme au hadith rapporté par Ibnou ^Abbas, qu'il a dit : "le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit :

إِنَّ لِلَّهِ مَلاَئِكَة فِي الأَرْضِ سِوَى الْحَفَظَةِ يَكْتُبُون مَا يَسْقُطُ مِنْ وَرَقِ الشَّجَرِ

 

فَإِذَا أَصَابَ أَحَدَكُمْ عَرْجَةٌ بِأَرْضٍ فَلاَةٍ فَلْيُنَادِ أَعِينُوا عِبَادَ اللهِ

('inna li l-Lahi mala'ikatan fi l-'ardi siwa l-hafadhati yaktoubouna ma yasqoutou min waraqi ch-chajari fa'idha 'asaba 'ahadakoum ^arjatoun bi 'ardin falatin falyounadi 'a^inou ^ibada l-Lah)

ce qui signifie : « Certes, Allah a des anges sur terre, autres que les anges protecteurs, qui inscrivent ce qui tombe des feuilles des arbres. Si l'un de vous trouve une difficulté dans une terre déserte, qu'il appelle et qu'il dise : aidez-moi ô esclaves de Allah »" [rapporté par At-Tabaraniyy et Ibnou Hajar Al-^Asqalaniyy et le Hafidh Al-Haythamiyy a dit : les hommes de sa chaîne de transmission sont des gens de confiance].

Allah fait parvenir à ces anges qu'Il a chargés d'inscrire ce qui tombe comme feuilles d'arbres dans les terres désertes l'appel au secours de l'un de nous, même s'il se trouve à une grande distance d'eux. Ce hadith comporte une preuve claire du caractère licite de l'appel au secours à un autre que Allah. En effet, le Prophète nous enseigne à dire lorsqu'on est atteint par une difficulté dans une terre déserte la parole qui signifie : « Ô esclaves de Allah, aidez-moi », cela nous montre que cet appel nous est profitable.

Information complémentaire :

Quant au hadith de Ibnou ^Abbas, rapporté par At-Tirmidhiyy, dans lequel le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam lui a dit :

إِذَا سَأَلْتَ فَاسْأَلِ اللهَ وَإِذَا اسْتَعَنْتَ فَاسْتَعِن بِاللهِ

('idha sa'alta fas'ali l-Laha wa 'idha sta^anta fasta^in bi l-Lah)

ce qui signifie : « Si tu demandes, demande [- en priorité -] à Allah et si tu recherches de l'aide, demande-la [- en priorité -] à Allah ».

Ce hadith ne comporte pas de preuve pour l'interdiction du tawassoul. En effet, la signification du hadith est qu'en priorité, on demande l'aide à Allah ta^ala. Pour preuve, le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam a dit :

لاَ تُصَاحِبْ إِلاَّ مُؤْمِناً وَلاَ يَأْكُلْ طَعَامَكَ إِلاَّ تَقِيٌّ

(la tousahib 'il-la mou'minan wa la ya'koul ta^amaka 'il-la taqiyy)

ce qui signifie : « N'aies pour compagnon [- en priorité -] qu'un croyant et que ne mange de ta nourriture [- en priorité -] qu'un pieux ».

Ce hadith ne signifie pas qu'il serait interdit de prendre pour compagnon quelqu'un d'autre qu'un croyant, ou de partager son repas avec quelqu'un d'autre qu'un pieux, mais on comprend de ce hadith que la compagnie que l'on choisit en priorité, c'est celle du croyant et que si l'on partage sa nourriture, en priorité, c'est avec le pieux.