Dieu n'est pas localisé dans le ciel

Lorsque nous levons notre regard et nos mains vers le ciel lors de nos invocations, c'est parce que le ciel est la direction que nous prenons pour les dou^a [- les invocations -] (qiblatou d-dou^a) [- la direction pour les invocations -] tout comme nous l'a enseigné le Messager de Allah salla l-Lahou ^alayhi wa sallamCela ne signifie pas que Allah serait localisé dans la direction du ciel.

 

De même, lors de l'invocation de l'istisqa' [- invocation pour la demande de la pluie -], il a été rapporté que le Prophète salla l-Lahou ^alayhi wa sallam avait dirigé les paumes de ses mains vers le sol, cela ne signifie pas que Allah serait localisé dans la direction du sol !

 

Egalement, lorsque l'on prie dans la direction de la Ka^bah, cela ne signifie pas que Allah serait localisé dans la Ka^bah, mais nous prions dans cette direction car le Messager de Allasalla l-Lahou ^alayhi wa sallam nous a informé qu'il s'agissait de la direction pour la prière (qiblatou s-salat).

Certains ignorants ont considéré que le hadith connu sous le nom de hadith de al-jariyah était une preuve que Allah serait localisé dans le ciel.

 

Voici ce que les savants ont dit au sujet de ce hadith :

 

Les savants qui ont commenté le Sahih de Mouslim, parmi lesquels il y a l’Imam An-Nawawiyy ainsi que le spécialiste de l’exégèse Fakhrou d-Din Ar-Raziyy et d'autres, tous ont interprété le hadith de Al-Jariyah. Ils ne l'ont pas pris selon le sens apparent.

 

Ils ont dit que la parole ('ayna l-Lah) citée dans ce hadith vient dans le sens de l'interrogation sur la glorification et l'éminence de Allah [- la parole ('ayna l-Lah) signifie : « Quelle glorification accorde tu dans ton cœur pour Allah » -] et non pas dans le sens de l'interrogation sur la localisation dans l'espace [- la parole ('ayna l-Lah) ne signifie pas « Où est Dieu » -]. 

 

An-Nawawiyy dans son commentaire du hadith a dit : « La parole ('ayna l-Lah) est une interrogation au sujet du mérite (al-makanah) et non au sujet de l'endroit (al-makan) ». Elle signifie : "Quelle glorification accordes-tu dans ton cœur pour Allah" ? [- Le terme ('ayn) vient pour interroger au sujet de la localisation dans l’espace et il vient également pour interroger au sujet du mérite et de l’éminence. En effet on dit dans la langue arabe ('ayna foulan) dans le sens (où se situe Untel pour toi, quel est son mérite ?) -].

 

Et lorsque la femme esclave avait répondu : (fi s-sama'), cela voulait dire que Allah a un très grand mérite, c'est-à-dire que Allah mérite une très grande vénération. [- L’expression (fi s-sama') est utilisée dans la langue arabe tantôt pour indiquer la localisation, tantôt pour exprimer la supériorité du mérite -].

 

Quant au verset de sourat Al-Moulk :

 

 ءَأَمِنتُم مَّن فِي السَّمَاءِ أَن يَّخْسفَ بِكُم الأَرْضَ 

 

('a'amintoum man fi s-sama'i 'an-yakhsifa bikoumou l-'arda)

 

et au verset qui le suit :

 

 أَمْ أمِنتُم مَّن فِي السَّمَاءِ أَن يُّرْسِلَ عَلَيْكُمْ حَاصبا 

 

('am 'amintoum man fi s-sama'i 'an yoursila ^alaykoum hasiba)

 

L’expression (man fi s-sama) désigne les anges et le mot (man) –qui signifie dans la langue arabe aussi bien « celui qui » que « ceux qui »– ne désigne pas Allah. Cette 'ayah n'est donc en rien une preuve que Allah serait dans le ciel. 

 

Ces versets sont interprétés conformément à ce qui a été rapporté dans le hadith sahih :

 

 ارْحَمُوا مَن فِي الأَرْضِ يَرْحَمكُم من فِي السَّمَاء  

 

('irhamou man fi l-'ardi yarhamkoum man fi s-sama')

 

qui signifie : « Soyez miséricordieux envers ceux qui sont sur terre, ceux qui sont dans les cieux seront alors miséricordieux avec vous ». Ce hadith a également été rapporté dans les termes suivants :

 

 ارْحَمُوا أَهْلَ الأَرْضِ يَرْحَمكُمْ أَهْلُ السَّمَاء 

 

('irhamou 'ahla l-'ardi yarhamkoum 'ahlou s-sama')

 

qui signifient : « Soyez miséricordieux envers les habitants de la terre, les gens du ciel seront alors miséricordieux avec vous ».

 

Cette version explique ce qui est visé par l’expression (man fi s-sama') dans la première version du hadith et dans la 'ayah : ce sont les anges car ce sont eux les habitants des cieux.

 

En effet, on ne qualifie pas Allah par l’expression : ('ahlou s-sama') « les gens du ciel ». Cette expression concerne donc bien les anges. Cette explication a été cité par le Hafidh Al-^Iraqiyy dans son livre Al-'Amaliyy.

 

Ceci confirme la parole des savants qui ont dit : "Le meilleur moyen d'expliquer un hadith, c'est par un autre hadith". 

 

Voilà donc la réponse à donner à ceux qui attribuent à Dieu le corps, quand ils se servent de ces deux versets pour appuyer leur mauvaise croyance que Allah serait dans le ciel.